Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par lechantdesarbres

Sans moi,
Sans aboiement,
Je ne rentre dans la meute qui gronde, crache sa colère
A celles qui disent au plus haut, montre leur force, ensorcelle
À celles qui ce montre, joue des mots et des poings, à celles
Folie de l'illusion, mirage, image léché, transparente, creuse, absolu du néant

Je ne peut
Je ne veut
Être de celles
Je ne sais


Sans moi,
je rentre dans la ronde de la force
Du pouvoir, du concevoir, du dominant/dominé
Je ne peut
Je ne veut
Être de celles
Je ne sais

 

Sans moi,
Pour la guerre, le sang, les convictions,les doctrines qui supprime
Je ne peut
Je ne veut
Être de celles
Je ne sais


Sans moi,
Pour le masque, l'apparence, le faux semblant
Je préfère le repli, la tanière, les bois, le silence, l'absence de la langue qui fait mal,claque
Il est des mondes ou l'on aime montré ses possessions, son butin, la tête de l'animal, ses biceps
Je préfère les poches vides et le coeur rempli
 
Sans moi,
pour le faire et le défaire, le remplissage, le gavage
Le verbe apostrophe , l'épée qui blesse, le rapide express, le cousu machine
Je ne peut
Je ne veut
Être de ceux
Je ne sais

Je préfère le soleil qui me caresse,
Le fruit du jardin,
Le pull trop petit
Le cousu main
Les toiles d'araignée,
l' été pour chanter
l'hiver pour raccommoder,
Le feu de cheminée,
Les pommes de terre du voisin
 Le coeur dans la main

Sans moi,
Pour
Avec pour des jours heureux
 Yaël

Sans moi
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article